Samedi 11 février 2012 6 11 /02 /Fév /2012 18:22

sdf_Paris_Photo-Le-Monde.jpgDeux personnes sans abri ont été retrouvées mortes à Paris depuis le début de l'épisode de froid glacial, a indiqué vendredi la Mairie de Paris. L'une, âgée de 60 ans, a été retrouvée en hypothermie, la seconde, âgée de 45 ans, était dans un "état d'alcoolémie" qui l'a rendue plus vulnérable au froid.

 

Afin de compléter le dispositif d'hébergement d'urgence en cette période hivernale, la Mairie du 10e arrondissement a proposé que le gymnase Château Landon soit réquisitionné par la Ville de Paris pour y héberger des mineurs san-abri.

Depuis le 23 janvier, le gymnase abrite donc tous les soirs 25 jeunes, principalement originaires d'Afghanistan. Le matériel (lits, couvertures, etc) est fourni par la Ville et le site est géré par l'association France Terre d'Asile.

Ce site s'ajoute aux autres lieux ouverts par la Mairie de Paris pour héberger des personnes dormant dans les rues pendant la période hivernale.

 

Mais nous,chacun de nous,

que pouvons nous faire ?

 

Au coup par coup...

  • Engager le dialogue : échanger est une manière de se réchauffer...  
  • Don de couverture, de sac de couchage, de doudounes, de gants et de bonnets...
  • Don d'un bol de soupe, d'un café
  • Appel au 115
  • Proposer un hébergement au 115 du particulier

 

Donner du temps, s'investir, faire un don


SAMU SOCIAL

115 du particulier

Les restos du coeur
Secours Catholique
L'Abbé Pierre

Croix-Rouge - Délégation de Paris

Autremonde

Armée du Salut

Les enfants de Don Quichotte

 

 

sdf-paris.jpg

 

Presse, infos

 

Le 115 au particulier

 

115 du particulier 

 

115-du-particulier-on-s-y-met-tous.jpgIls ne se connaissaient pas auparavant mais, depuis le vendredi 3 février, Cédric, Brann et Solange s'affairent à trouver chez des particuliers des places d'hébergement pour les sans-abri, via un réseau d'entraide créé sur Facebook qui compte déjà 3 000 membres.

Tout est parti d'une question postée sur Facebook par Cédric Lebert, artiste-peintre de 41 ans, qui a passé quinze années de sa vie entre la rue et les squats, à Paris et à Lyon : «Pourquoi n'y a-t-il pas de particuliers dans le fichier du 115

Très vite, Brann du Senon, ancien sans-abri de 51 ans, handicapé, qui vit «en autonomie» dans une caravane près de Nemours (Seine-et-Marne), a échangé sur la toile avec Cédric, Solange et d'autres.

A dix personnes, ils ont créé le 3 février sur Facebook une page intitulée le «115 du particulier». Ce réseau d'entraide, qui se présente comme «un vrai outil à la disposition de la misère», offre «un coup de main aux associations et aux travailleurs sociaux».

«On propose des places d'hébergement chez des particuliers en mettant en contact des sans-abri et des gens qui proposent leur aide, surtout quand il fait -10 degrés», explique Brann.

«On ne veut surtout pas se substituer aux travailleurs sociaux, la mission principale est de trouver un toit à ceux qui n'en n'ont pas, les bonnes volontés proposent ce qu'elles peuvent et le temps qu'elles le peuvent, ça peut être un canapé, de la nourriture, une douche ou encore une soupe», précise Brann, qui assure ainsi «réorganiser la solidarité».

«Aller jusqu'au bout»

Ainsi, jeudi, sur la page de Brann et de ses amis virtuels, une personne de Chauny dans l'Aisne déposait une proposition : «Ce soir, je peux offrir la douche et un repas chaud mais je n'ai pas de couchage, je n'accepte que les femmes, je suis seule avec des enfants alors vous comprendrez.»

Ce même jour, en fin de journée, la page proposait 75 offres de Paris à Marseille en passant par la Meuse, le Morbihan ou la Gironde.

Les coordonnées des personnes proposant leurs offres n'apparaissent pas, il faut donc passer par un «administrateur» qui met lui-même les personnes en contact.

Dans son rapport annuel, la Fondation Abbé-Pierre recense 685 116 personnes «privées de domicile personnel».

Samedi, parce qu'«il faut agir face au grand froid», Brann ira à Villeneuve-Saint-Georges dans le Val-de-Marne chercher un SDF qu'il hébergera «le temps qu'il faut», dans une deuxième caravane située face à la sienne.

«Il y a une réelle ambition des citoyens à trouver des solutions, ça fait chaud au cœur de voir ça», insiste Cédric Lebert.

Stefania Parigi, directrice générale du Samu social de Paris, met toutefois en garde : «Il peut y avoir de la bonne volonté dans cette initiative mais, derrière, il peut aussi y avoir une réalité qui dépasse les gens qui accueillent les sans-abri.»

«Quand on s'engage auprès de quelqu'un pour l'aider, on doit aller jusqu'au bout. Au Samu social, on a une charte de non-abandon», souligne-t-elle.

(AFP)

Article Libération 

 

 

soupe.jpgAu   115 du particulier  chacun se fait le relai de ce qu'il déniche là, de ce qu'il est capable d'offrir, là où il est.


Ici, un restaurateur offre de la soupe. Là, ce particulier propose « J'ai toujours de la place pour prendre un café et un repas au chaud... Il est plus facile de trouver à débrouiller la situation de quelqu'un au chaud et un téléphone illimité à disposition »


Un peu perdu sur cette page de bonnes volontés ? L'une des administratrices du groupe précise les modalités de cette solidarité qui n'a rien de virtuel :

« Les 3 étapes importantes et necessaires pour être efficace :
1/ Tu passes ton annonce directement sur le mur (sans tes coordonnées, juste ton offre d'aide détaillée)
2/ tu envois en message à 115.DU.PARTICULIER@groups.facebook.com et un message privé à PLUSIEURS administrateurs [certains messages se perdent dans le flux donc en multipliant le nombre de messages, tu es sûr que ça arrive et soient traités (un simple copier /coller fait l'affaire;)] tes coordonnées + ton département avec le récapitulatif de tes possibilités
3/ tu crées un document (sur la page principale, en dessous de la photo, tu clik sur document, arrivé sur la page doc, en haut à droite y a "créer doc")
 ps: qq noms d'administrateurs : Bbraan du senon, Solange kramp, Hubert de crecy, Virginie gribouille, Jimmy cadart, Marie house, MarieSylvaé Péron »


Au 13/02/2012, il y a déjà 5 562 membres dans ce groupe formidable ! Les rejoindrez-vous ?

 

temoignage-115-particulier.jpg

 

Plus jamais ça...

 

  sdf-gare-de-est.jpg

 

Les Centres d’Hébergement et de Réinsertion Sociale

 

Ils sont pour la plupart gérés par des associations et organisations humanitaires, membres de la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (Croix-rouge française, Samu social, Armée du salut, Mouvement Emmaüs, Secours Catholique…).


Les autres CHRS sont gérés par des collectivités publiques locales (le Centre Communal d'Action Social ou le Département).
 
Le financement du fonctionnement des CHRS est assuré par une dotation globale de l’Etat.
Les personnes acquittent une participation financière à leur frais d’hébergement et d’entretien sur la base d’un barème réglementaire tenant compte notamment de leurs revenus.

 

Même si la liste des centres est longue, les places sont rares...


 

Ils dorment dans le froid et la boue : ce sont les Afghans

 

Ça sent la pisse. Une poubelle est renversée. Des gants esquintés et dégueulasses baignent dans la boue. On patauge dedans. Un grand feu crépite. Un gaillard saisit un bout de bois, le lance dans les flammes. Ça brille. Le canal Saint-Martin, en contrebas de la station Jaurès, est gelé. Des planches brûlent. Réchauffent les visages. Les visages seulement, car ce dimanche soir, le vent glacé fouette les reins, les jambes, les nuques. Un homme s'approche. Les flammes luisent dans ses yeux bleus. Il nous serre la main. Il parle anglais. « Ça fait cinq mois que je dors là, cinq mois. » Si on lui avait donné le choix, il aurait sans doute refusé de naître. On ne lui a pas demandé non plus où il voulait naître. Il est né en Afghanistan, il y a 21 ans.

Cette vie de misère, cette odeur de merde qui lui bouche les narines, cette peur au ventre qui le tiraille chaque matin. « Oui, j'ai peur. » Sa famille est loin. Il esquive les questions. Dit juste qu'elle est maintenant « au Pakistan ». Il ne la reverra peut-être jamais. Ali n’a choisi qu'une chose, « venir en France parce qu'il aime la France mais pas son gouvernement », qui l’oblige à dormir par moins 10 degrés dans son cachot Quechua, sur les rives du canal givré, sous un pont. Depuis samedi, avec le concours d'Augustin Legrand des Enfants de Don Quichotte, Ali et ses camarades afghans, une centaine, logent dans un établissement privé, Le Comptoir général, Quai de Jemmapes, dans le 10e arrondissement. Mais cet hébergement est provisoire.

Les flammes deviennent gigantesques. Mais le froid est encore plus fort, s'introduit dans les baskets, glace les orteils, congèle les doigts. Emmaüs, un des organisateurs du rassemblement avec Médecins du monde, avait prévenu : « Ramenez ce que vous pouvez. » Certains descendent les marches pour atteindre le campement une tarte dans les mains. D'autres, des sacs remplis de vêtements chauds. Anne-Dominique a les lèvres légèrement brillantes. Elle fouille dans le grand sac Darty qu'elle a ramené. En sort une paire de gants, puis deux, puis trois. Des jeunes Afghans l'entourent. Plus de 100 se gèlent dans ce camp pourri. Elle donne une paire à l'un, propose une écharpe à l'autre. « Quand je suis descendue, ça m'a fait un choc », dit-elle, émue.

Souleymane a 16 ans et n'a déjà plus rien. L'argent, il l'a dépensé pour arriver à Paris. « J'ai été du Pakistan, en Iran, puis d'Iran en Turquie, puis de Turquie en Grèce, de Grèce en Roumanie, de Roumanie en Bulgarie, puis d'Italie à ici. » En quatre mois ! La famille, il l’a laissée à portée de balles des Talibans. Il culpabilise. Il a gardé ce qu'il a pu sauver : un manteau, des gants et sa haine. « On peut pas travailler, on a pas de papiers. On peut pas vivre dans un appartement, on a pas de papiers. » Papiers. Papiers. Papiers. Des morceaux de papiers froissés gisent sous nos pieds, dans la boue. On les piétine. Ceux là ne valent rien ...

Un homme crie dans le haut-parleur : « Merci aux quelques centaines de personnes qui sont venues, merci. » Il ajoute dans un cri de rage : « Il manque 2000 places d'hébergements à Paris. Essayez d'appeler le 115, après vingt minutes d'attente, ils vous le diront ! »

Alors ils dorment ici. Sous des tentes minuscules qu'on n’emmènerait même pas en camping, l'été. Sous le pont, derrière un grillage branlant, c’est là qu’ils dorment. Dans de la boue. Comme des rats dans des égouts puants. Sous des tentes glaciales. « Ce sont des hommes jeunes, ils ont une bonne constitution. Les pathologies qui les frappent, c’est la gale et les infections respiratoires, à cause du froid », explique Olivier Bernard, le président de Médecins du monde. Qui se souvient : « Quand on avait installé des tentes chauffées pour les Roms à Saint-Denis, la préfecture nous avait assigné en justice. »

Jane Birkin (photo), à l'ombre des caméras, tenant son chien en laisse : « J'ai chanté hier à Annecy et on m'a prévenue de ce problème. Je débarque à peine du train, ma valise est dans la voiture. » Elle se frotte énergiquement les bras. Elle a froid. A donné son manteau à « un gamin de 17 ans qui était tout jaune ». Elle sort son portable, compose un numéro. On lui a dit qu'un charter décollerait lundi à 9h30. Elle laisse un message à Carla Bruni. « Encore faudrait-il que ce soit le bon numéro », lâche-t-elle. La buée brulante s'échappant de sa bouche, elle clame doucement : « Il faut que la France les accueille comme elle m'a accueillie il y 40 ans. » Elle se frotte les bras. Elle gèle. Endure une heure ce qu'eux vivent tous les jours.

Une dame, « voisine » du camp des Afghans de Jaurès, s'engage dans ce combat qui n'est pas perdu d'avance parce que ces hommes sont « très motivés, plus motivés que mon propre fils ». Ils ont soif de liberté. Un bol de liberté qu'ils n'ont jamais bu. Ni en Afghanistan, ni ici. Ils veulent respirer comme tout le monde. Ils veulent marcher sans entendre leurs cœurs palpiter. Ils veulent courir, jouer et bouffer. Ils veulent apprendre. Ils veulent être des innocents comme tous les adolescents.

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

Bondy Blog

 


Par sylvie - Publié dans : Humeur de webmaster - Communauté : Les amoureux de Paris
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Accueil

bouton-retour.gif

Cliquez pour partager cet article

plus largement sur le web. Merci !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les bonnes adresses

CONSEIL : Lorsque vous souhaitez contacter l'un des membres de cette liste, utilisez ses coordonnées et non celles du blog !

 


Les Vinaigriers

 

Entre deux - Fast Good - 63 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Atelier Porte-Soleil - 57 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

Résidence Magenta - Maison de retraite - 54/60 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

La page blanche - Papeterie et imprimerie - 53 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

SOFT HÔTEL - Hôtel - 52 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Michelle Sauvalle - Perles de verre et verre soufflé - 51 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

IEC REPRO - Reprographie, plans, PAO - 52 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

La paella - Restaurant - 50 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

Zigouzis - Bijoux de créateurs, jouets, trouvailles - 49 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 
DESIDERO - Bijoux argent - 49 rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

LA TAVERNE DE ZHAO - Restaurant de spécialités Xi'an - 49 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Halley Erik - Plumassier brodeur - 44 rue des Vinaigriers 75010 Paris 

 

Pharmacie du Canal Saint-Martin - 44 rue des Vinaigriers/38 rue Lucien Sampaix 75010 Paris   


CHEZ FAFA - 44 rue des Vinaigriers 75010 Paris


KOCAN-LEPOUTRE & LEVAYANC - Kinésithérapeutes - 44 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

L'agneau doré - 44 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

Les deux singes - Restaurant - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris  
 

Cinquièmes cordes - agent et producteur artistique - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris 

 

TRAFFIC - montage image et mixage son - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris 


VERONIQUE NORDEY - Formation de l'acteur - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Anne Cahen - Décoratrice d'intérieure - 41 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

O'39 - Restaurant - 39 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Boulangerie Patisserie B TH Martin - Artisan boulanger - 39 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

Arts-Immobilier - Agence immobilière - 39 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

ISABELLE - Confection féminine - 38 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

La compagnie Turbul - Arts de rue - 35 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Poursin - spécialiste de la boucle en laiton - 35 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

PICCOLI CUGINI - Restaurant Italien - 34 rue des Vinaigriers 75010 Paris


LA FABRIQUE A GÂTEAUX - Pâtisserie - 34 rue des vinaigriers 75010 Paris  


LAURENCE MARGOT - Illustratrice - 34 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Franprix - supermarché - 31/33 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

Philippe le libraire - 32 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

MA-LICE - illustratrice, créatrice, 32 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

VikArt Studio / Self Color - Laboratoire Photo - 29 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

LOFT DESIGN BY  - Vêtements et accessoires - 29 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

PACIFIC PARQUET - Baignoires, parquets et maisons en bois - 29 rue des vinaigriers 75010 Paris  

 

KANN DESIGN  - Mobilier et luminaires - 28 rue des Vinaigriers 75010 Paris

  

La piñata - Tout pour faire la fête - 25 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

   

TOTUM - Produits d'Amérique du Sud - 23 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

TOBORE - Restaurant africain - 22 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

CAFE CRAFT - Cyber Café des travailleurs indépendants - 22 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

LES GARIBALDIENS - Association - 20 rue des Vinaigriers 75010 Paris


RENE PETILLON - BD et illustration de presse - rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

LUCE - chanteuse - Rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

LA BAÏTA - Maroquinerie - Rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

SONIA DUBOIS - comédienne - quelque part dans le quartier

 

Tous autres les professionnels de la rue des Vinaigriers

 

 

Les « anciens » Vinaigriers

 

La petite façon - Linge de lit bébé - 25 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Comme une fleur/La galerie végétale - Fleuriste, galerie - 29 rue des vinaigriers 75010 Paris

 

Santa Sed - FERME !!! - 32 rue des Vinaigriers 75010 Paris   


Nad Look - Coiffeur-Coloriste - 55 rue des vinaigriers 75010 Paris 

 

LE BISTROT DES FAUBOURGS - Restaurant - 55 rue des vinaigriers 75010 Paris  


Lady Fitness - Club de gym pour femmes - 47 rue des vinaigriers 75010 Paris  


Marco Polo de Paris - articles de voyage et de maroquinerie - 30 rue des Vinaigriers 75010 Paris


Les voisins des Vinaigriers, à deux pas...


 

LE MANOIR HANTE - Sensations - 18 rue de Paradis, 75010 Paris 

 

LA BIDOUILLE - commerce équitable & ateliers pour enfants - 13 rue des Récollets, 75010 Paris

  

POTERIE ET COMPAGNIE - céramique à la vente et animation - 3 cité Riverain, 75010 Paris


BOB'S JUICE BAR - bar bio et végétarien -15 rue Lucien Sampaix, 75010 Paris

 

PETITS PLIS - Bijoux Origami - Rue des Recollets, 75010 Paris

 

LE TAMANOIR EST BLANC - Pâtissier-traiteur - 71 rue du Fb St Martin, 75010 Paris


YAZOUE - Coiffure « studio » à domicile - 75010 Paris


Ailleurs dans le 10ème


Par ici les sorties

 

Les lieux culturels du 10ème

 

Toutes les pharmacies du 10ème  


Squares, parcs et jardins  


Par ici la baignade


 

Vos infos sur le blog ?

C'est ici !
email.jpg

Recommander

A ne pas manquer !

mon-blog-se-nourrit-de-vos-commentaires-150.png

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés